Je me promenais près d'un somptueux ruisseau,
Dont l'onde seule était à peine dérangée
Par les cris matinaux d'un invisible oiseau.
Je voulais y pêcher quelque arc-en-ciel diapré,

Un poisson qui parle, un arrière-goût enfantin,
Un amour révolu -tant de choses en fuite...
Mais, donnant à mon visage un miroir sans teint,
L'eau semblait dire "tes illusions sont des truites"