Alors, en quoi cela consiste-t-il? Il s'agit d'entrer dans un cercle plus ou moins secret (nous dirons discret), au sein duquel il est possible, selon les personnes qui vous y invitent, moyennant l'apport d'une certaine somme, de multiplier sa mise au bout d'un certain temps, sous la condition d'amener soi-même un certain nombre de filleuls, qui eux-mêmes devront en parrainer d'autres à nouveau, etc... jusqu'à l'obtention de ladite mise multipliée. Tout cela est présenté sous les couleurs d'un partage des richesses, enrobé dans un discours solidaire de bon aloi, et sous tendu par une justification selon laquelle ce genre de pratique est monnaie courante en Afrique ou en Inde, par le système des tontines notamment, et que s'il est illégal dans les pays occidentaux, c'est pour préserver aux banques leurs privilèges indus, et ne pas permettre aux honnêtes gens de réaliser leur rêves sans que l'État ou un autre organisme vienne en prélever une part... Discours se présentant comme alternatif, donc, et à même de se prémunir à l'avance du contradicteur qui ne serait à cet égard qu'un briseur de rêve, ou un allié du grand capital...Il semble que ce système soit connu depuis un certain nombre d'années, sous des noms aussi différents que "randonnées", "cercles d'abondance", "boule de neige", ou "jeu de l'avion". C'est en Allemagne et en Suisse qu'ils est apparu, et se répand depuis quelques temps dans le sud de le France (aux alentours de Sète et de Montpellier)...

Les personnes qui vous invitent dans ce cercle (de bonne foi ou non, comme nous allons le voir) soulignent en outre que tel procédé n'a rien à voir avec un système pyramidal, bien connu pour être une arnaque. Car là, il s'agit de cercles au sein desquels on rentre. Et le cercle, comme chacun le sait, est clos sur lui-même, évoque irrémédiablement un certain nombres de pratiques ésotériques, etc, toutes choses propres à séduire le futur investisseur, et qui appuient d'autant plus la raison primordiale pour laquelle on rentre dans le cercle : se faire de l'argent facile sans rien fournir comme force de travail. Bref, quand on y réfléchit un peu, une vraie révolution prenant en contradiction flagrante à la fois toutes les théories économiques autant que la formule de Lavoisier (Rien ne se perd...)


Pour rentrer un peu plus dans la précision du mécanisme, comment est-il prétendu que cela fonctionne? Le groupe est constitué de trois cercles concentriques, sur lesquels se placent un nombre de personnes se divisant par deux à chaque avancées vers le centre (8 - 4 - 2 - 1). À chaque nouveau groupe d'entrée sur le cercle extérieur, la personne au centre touche l'argent qu'investi le gorupe de huit personnes arrivantes. À chaque personne sur le cercle extérieur trouvant 2 filleuls apportant la même sommess, on avance d'un pas vers le centre du cercle, et ainsi de suite jusq'à arriver au centre et toucher l'argent des huit nouvelles personnes du cercle extérieur. Pour plus de clarté, voici un zoli schéma :





Le système se présente donc comme un partage des richesses, basé sur une redistribution des biens, ayant pour base la solidarité (justification idéologique) et fondé sur la discrétion à laquelle s'ajoute la figure du cercle (justification dramatique : pas étonnant à ce propos que de nombreux films fondent leur intérêt sur le secret : 13 Tzameti (lien allociné), Intacto, etc..., qui est un ressort dramatique toujours opératoire)...

Or, qu'en est-il réellement?


Voici tout d'abord ce que dit la loi, dans le 2ème alinéa de l'article L 122-6 du Code de la Consommation :

"Est interdit le fait de proposer à une personne de collecter des adhésions ou de s'inscrire sur une liste en lui faisant espérer des gains financiers résultant d'une progression géométrique du nombre de personnes recrutées ou inscrites."


Cet article recouvre l'exacte définition de ce qu'est un système pyramidal, et l'on va pouvoir rapidement se rendre compte que cela cadre parfaitement avec le "cercle" dont il est ici question. Si c'est interdit par la loi, ce n'est aucunement (ou en tous les cas pas seulement) pour permettre au grand capital de faire fructifier son argent sur le dos du travailleur, mais tout simplement parce que cela débouche obligatoirement sur une escroquerie, dont au mieux on est le participant inconscient (mais non moins coupable), au pire la victime. Pour le dire simplement, pour que le système fonctionne, il faudrait multiplier les inscriptions à l'infini, or ni la population ni les ressources monétaires ne le sont!
Pis encore, le nombre de personne impliqué augmente extrêment vite, exponentiellement, chose que se gardent bien de dire les initiateurs (conscients ou non) de ce cercle, vu que plus le nombre de participants augmente, plus on s'approche de la limite vers laquelle le système flanche, et plus grand est le risque de passer de celui d'escroc à celui d'escroqué (car dans ce système on ne peut être que l'un ou l'autre, avec une probabilité nettement plus grande pour le second).

Pour bien faire comprendre la réalité de ce système, on peut faire une formulation schématique du problème, par laquelle on va se rendre compte que le nombre de personnes impliquées au bout de quelques étapes seulement est proprement inimagineable, comme grandit en proportion le risque de se faire flouer.
Aussi, imaginons un système simplifié, où il ne suffirait que de recruter 2 personnes pour doubler sa mise :

x 1
x 2
x 4
x 8
x 16
x 32
x 64
x 128
x 256
x 512
x 1024
x 2048
x 4096
x 8 192
x 16 384
x 32 768
x 65 536
x 131 072
x 262 144
x 524 288


Si l'on se place dans l'hypothèse idéale où tout le monde a joué le jeu, quand on arrive à la 20e génération, plus de 50 000 personnes ont touchées leur argent. Et au point du dernier investisseur touche le sien, 524 288 personnes vont devoir recruter à leur tour chacune deux personnes, soit 1 048 576 personnes. On a donc plus d'un million de personnes au bout de seulement 20 génération d'un système où l'on aurait à recruter que deux personnes pour voir sa mise doublée! Comme on va le voir, c'est encore pire dans le cas du "cercle de don", où 14 personnes sont impliquées pour que quelqu'un puisse octupler sa mise
Le point ici est qu'il est mathématiquement obligatoire qu'on arrive à des limites démographiques, et que ces limites arrivent très vite. Pour le formuler autrement, ce genre de système ne fonctionne que parce que quelqu'un perd en bout de chaîne. L'argent doit bien venir quelque part, et c'est des futurs et nécessaires perdants qu'il vient. Il y a obligatoirement quelqu'un qui perd en bout de chaîne, sinon le bénéfice fait serait mathématiquement inexplicable. Ce genre de système ne peut fonctionner en circuit fermé, il est nécessaire que l'argent gagné soit injecté et non récupéré à un moment ou à un autre. C'est précisément pour cette raison que le système pyramidal est interdit par la loi.
Or, qui injecte cet argent ? Un ami, de la famille, des amis d'amis d'amis d'amis de la famille, etc...

Ainsi, bien que ceux qui prônent ce système d'"entraide" affirment qu'il ne s'agit pas d'un système pyramidal, c'est pourtant bien le cas! C'est-à-dire que pour se retrouver au centre du cercle et toucher son argent, on crée une hiérarchie qui est la condition sous laquelle la personne peut se retrouver au centre. Ici, il faut deux investisseurs, qui devront eux-mêmes trouver chacun deux investisseurs, qui devront à leur tour en trouver deux. On a donc le gagnant du pactole, au centre, avec sous sa hiérarchie 14 autres investisseurs, pour qu'il soit effectivement gagnant.

Voici, schématiquement, comment cela fonctionne:

a

a1

a2

a3

a4

a5

a6

a7

a8

a9

a10

a11

a12

a13

a14







Ce système est bien un système pyramidal, mais camouflé par la multiplication des cercles, et l'on ne sait jamais combien de cercles sont en activité. Dans un système ou je dois investir 5000€ pour en toucher 40 000 lorsque je suis au centre (tel que celui dont on m'a parlé), si je touche l'argent promis, c'est nécessairement que les 14 autres personnes auront touché elles aussi leurs 40 000 euros, et seront passées au centre d'un cercle avec 14 filleuls autour. C'est donc qu'au bout de ce cycle, tous les gens présents dans le cercle extérieur avec moi au début ont touchés également leur argent, le cercle s'est divisé en huit cercles, contenant respectivement 14 nouvelles personnes. On a donc 8x14=112 nouveaux inscrits. Pour que 15 personnes touchent leur argent, il faut donc 112 filleuls et sous filleuls. Or, ces 112 veulent aussi toucher leur argent, c'est pour cela qu'ils sont rentrés dans le cercle, on repart donc pour un cycle. Mais il n'y a plus un cercle maintenant, mais 8, qui vont à leur tour se diviser en 8, pour générer 15 gagnants et 112 nouveaux inscrits. 112x8, ça nous donne 896 nouvelles personnes au bout de seulement deux cycles.
Formalisé à la manière de plus haut, démarrant avec un cercle composé de 14 personnes attendant leur argent, cela donne

    * 14
    * 112
    * 896
    * 7 168
    * 57 344
    * 458 752
    * 3 670 016
    * 29 360 128
    * 234 881 024
    * 1 879 048 192

   Au dixième cycle, on en est pas loin de 2 milliard de gens à trouver...
   Alors, comment savoir dans quel cycle l'on se trouve lorsqu'on y entre? Si le système a débuté depuis un moment, il y a des chances exponentielles pour que des milliers de personnes soient déjà impliquées, et donc autant que la fin soit proche. Il est mathématiquement obligatoire que le système atteigne sa limite, alors le tout est de savoir quand, à la combientième de génération? Pourvu que ça ne tombe pas sur soi, mais combien y aura-t il de gens qui se retrouveront au bout de la chaîne : 896? 7168? 57344?
   Et ces gens, ce sera des amis, ou des amis d'amis d'amis d'amis... puisque que pour un gagnant, il y a nécessairement 7 perdants. Et celui qui a perdu, c'est un mec qui a cru de bonne foi que donner 5000 lui en remporterait 40 000. Or, obligatoirement le contrat n'est pas tenu un jour où l'autre. Quelqu'un a qui l'on aura fait de grands discours sur la solidarité (les tontines, etc...) va s'être fait arnaquer. Cela porte un nom : de l'escroquerie. Et s'il y a un escroqué, il y a aussi un escroc, comme je le disais plus haut, ce genre de système fait que l'on ne peut être que l'un ou l'autre, qu'on le veuille ou non. Voilà pourquoi la loi l'interdit.

Alors, il est compréhensible que cela fontionne, parce que l'on a pas nécessairement conscience que le gain dépend sur l'augmentation exponentielle de perdants. De plus, tout cela est masqué par un discours solidaire, et la multiplication des cercles dilue le sentiment de responsabilité. Il s'agit donc de nier l'existence des perdants. Et après tout, les perdants ne seront certainement pas une connaissance, juste l'ami d'un ami...

Solidaire?

Voici les quelques techniques apparemment utilisées dans ce genre de cas, qui ne sont pas sans rappeler les pratiques de recrutement des sectes :

    * Caution morale : c'est uniquement de la solidarité on aide les gens à réaliser leurs rêves (déliceusement ironique)
    * Ne jamais donner son nom (pas de nom = pas de responsable)
    * Faire beaucoup de schémas bien ronds (en oubliant de dessiner le revers de la médaille)
    * Insister sur le fait que ça n'est pas, mais alors pas du tout un système pyramidal, la preuve : on a fait des schémas tout ronds ! (CQFD...)
    * Prévenir les nouveaux que tout ceci est très confidentiel (pour mettre en valeur la personne, exciter sa curiosité et créer l'effet d'aubaine, et également décourager de se renseigner un peu rationnellement)
    * Leur dire que des gens vont tenter de les convaincre que ça ne marche pas (pour inhiber la réflexion)
    * Leur dire que certains voudront briser leur rêve (pour qu'ils s'isolent de ceux qui réfléchiront à leur place)
    * Jouer sur l'affectif et la solidarité du début à la fin (pour qu'ils fassent ensuite de la même chose pour recruter leurs proches)
    * Mettre en scène une remise d'argent en direct (pour finir de convaincre tout le monde)


Voilà donc un nouveau concept inventé : l'arnaque solidaire.

En plus de sa dimension virale, ou plutôt en conséquence, il est presque sûr que les personnes flouées n'iront pas porter plainte dès qu'elles prendront conscience de la chose. Sans quoi, l'on serait obligé d'avouer que l'on a participé à une escroquerie, entreprise illégale donc. C'est la honte qui doit prédominer dans ces cas là, et il n'est pas inenvisageable dès lors de relativiser l'entraide, la solidarité, et tous ces mots sucrés comme du miel que promeuvent les initiateurs de ce "cercle"...

C'est que le système en tant que tel est basé sur une donnée non-révélée (que l'on pourrait appeler le "mirage de l'infini") : comme dans tout jeu, la condition nécessaire sous laquelle il peut y avoir des gagnants, c'est qu'il y ait obligatoirement des perdants!
Si quelqu'un gagne de l'argent, c'est qu'un autre en perd en bout de chaîne. C'est une nécessité logique.



Et invite peut-être à formuler cette dernière phrase dans d'autres domaines que celui du cercle de don...




p.s. : Si vous avez des témoignages à fournir, n'hésitez pas à les faire partager ici...







Sources :

* Un article d'Agoravox sur les cercles de dons
* L'article de wikipédia.
* différents liens sur un forum dédié : ici, , , ou bien encore ... Et plus précisément un modèle de mail dont je me suis fortement inspiré pour rédiger ce billet. Je conseille à quiconque désire convaincre quelqu'un de l'illégalité et du danger de la chose d'aller y jeter un oeil, c'est très bien fait, et pas moralisateur pour un sou...
* un article sur un blo ou j'ai repris le schéma dessiné : ici.