Pour le lecteur non averti, il eut été possible de penser qu'avec un tel titre, ce billet invoqua le magicien éponyme, ou bien encore -penché uniquement sur la sonorité- que son contenu évoqua quelque exhortation à l'impudeur... Point de référence à l'ensorceleur ici, pas plus que d'invitation à l'indécence, te dis-je ami lecteur, mais bien plutôt une petite présentation de l'excellente série qui porte ce nom. Elle date certes un peu, mais reste furieusement contemporaine. C'est à cela que l'on discerne les oeuvres de grandeur : la patine du temps glisse sur elles comme papa dans maman -comme le disait mon grand père...